Le marché en revue – janvier: La volatilité des marchés boursiers est de retour après des mois de faiblesse record

Le marché en revue – janvier: La volatilité des marchés boursiers est de retour après des mois de faiblesse record

Les marchés boursiers du monde ont commencé l’année en poursuivant leur élan de gains. Malheureusement, à la mi-janvier, le marché boursier canadien a dérapé sur de la glace noire (l’allusion au pétrole et aux conditions hivernales est voulue), puis reculé.

Pour consulter le rapport complet sur les perspectives, avec la totalité de ses sections, tableaux et diagrammes, veuillez ouvrir les fichiers PDF paraissant à la fin de cet article.

Un terrain glissant

Deux facteurs permettent d’expliquer cette dérive, à savoir la hausse des taux d’intérêt et la faiblesse du secteur canadien de l’énergie.

■ En effet, l’augmentation des taux s’est répercutée sur les cours obligataires ainsi que les actions axées sur les rendements (pensez aux grandes sociétés qui versent des dividendes), lesquelles se trouvent en grande partie dans les secteurs des télécommunications et des services aux collectivités, mais comprennent également les sociétés de pipelines d’énergie, comme Transcanada et Enbridge.

■ Entre-temps, les prix du pétrole brut lourd du Canada et du pétrole brut léger non corrosif des États-Unis ont atteint des sommets de quatre ans au cours du premier mois de l’année. Cette hausse a constitué une autre difficulté pour les sociétés canadiennes d’exploration et de production pétrolières. En moyenne, l’escompte entre le prix du pétrole West Texas et celui du pétrole Western Canadien Select avoisine les 15 $ US depuis quatre ans. Or, l’écart s’établit désormais à environ 25 $ US, avec pour effet d’éloigner les investisseurs des producteurs pétroliers du Canada.

Le recul du marché canadien laissait présager un dégagement beaucoup plus marqué des actions du monde au cours de la première semaine de février. C’est alors que les marchés américains (qui ont entamé 2018 en lion) ont subi un recul majeur et vu s’effacer les gains du mois de janvier. L’indice composé S&P/TSX canadien, lui, n’a pas réagi aussi fortement lors de la journée de liquidation la plus importante, le 5 février dernier, mais nos débuts lents en 2018 signifient que les résultats à ce jour depuis le début de l’année se trouvent plus profondément enlisés en territoire négatif.

Des déplacements des marchés... plus rapides

La volatilité des marchés boursiers est de retour après des mois de faiblesse record (une grande caractéristique des marchés boursiers en 2017).

Les valeurs du marché des actions américaines ont augmenté à vive allure pendant le plus clair du mois de janvier, tant en réponse aux données fondamentales (comme la vigueur des bénéfices des sociétés) qu’au climat de confiance. On pourrait même qualifier cette confiance de débridée, alors que les lunettes roses des investisseurs ont continué d’imposer les perspectives les plus optimistes en ce qui a trait aux attentes à l’égard des politiques et des banques centrales, faisant carrément fi des autres issues possibles. Il y a lieu de noter que l’indice américain S&P 500 a enregistré 14 nouveaux sommets au cours du mois (son dernier sommet à la clôture a été enregistré le 26 janvier 2018 à 2 872,87 points), et 62 nouveaux sommets en 2017 (arrivant ainsi au deuxième rang après les 77 nouveaux sommets enregistrés en 1995). Une trop grande part de la bonne nouvelle (c’est-à-dire la réforme fiscale américaine) déjà prise en compte dans les cours boursiers, le risque d’une correction ne cessait d’augmenter. Nous nous attendons à ce que les marchés maintiennent des niveaux plus élevés de volatilité alors qu’une plus grande prudence teinte désormais la confiance des investisseurs. Bien que la volatilité soit une mesure tant des mouvements à la hausse que des mouvements à la baisse, la nature humaine étant ce qu’elle est, les baisses reçoivent beaucoup plus d’attention.

Une hausse des... attentes

Selon Investopedia : « Une bulle survient lorsque la demande des investisseurs pour un actif est tellement forte qu’il en résulte une hausse inexacte et irraisonnée du prix, à tel point qu’il ne reflète plus la valeur réelle de l’actif. [TRADUCTION LIBRE] » Voilà précisément ce qui s’est produit pour le bitcoin et, maintenant, les actions de cannabis. La légalisation de la marijuana à des fins récréatives au Canada n’entrera en vigueur qu’en juillet, mais tout le battage autour de l’industrie florissante du cannabis se fait déjà amplement entendre. Un certain nombre d’actions canadiennes de cannabis ont connu des hausses de 200 % et plus entre la mi-année de 2017 et les premières semaines de 2018. Cette valorisation parabolique avait hissé les niveaux d’évaluation bien au-dessus de ce que justifient les ventes actuelles ou même les prévisions de bénéfices futurs de l’industrie. Nous ne croyons pas que le récent recul du cours des actions de cannabis rende caduques les occasions inhérentes à ces sociétés, mais il s’agit tout de même d’un bon rappel de la vitesse et du degré auxquels la confiance des investisseurs peut activer (et effriter) les gains des marchés.

Des valeurs aurifères... plus élevées

Compte tenu du grand nombre d’athlètes canadiens qui tentent de décrocher l’une des médailles olympiques tant convoitées, nous avons jugé le moment opportun pour revoir le rendement des métaux précieux dont elles sont faites au cours des quatre dernières années. Comme il se doit, l’or se démarque tout particulièrement. Les cours aurifères ont en effet profité de la hausse des attentes quant à l’inflation et, plus récemment, de leur rôle traditionnel de valeur refuge. Il va de soi que le véritable trésor à découvrir ce mois-ci résidera dans le modèle d’inspiration que nous offriront les athlètes!

Composer avec l’évolution des marchés

Les corrections boursières sont certes déstabilisantes, mais nous mettons les investisseurs en garde contre les réactions émotives qui les éloigneraient de leur programme de placement bien équilibré et élaboré selon leur tolérance au risque. Les marchés ne suivent pas une trajectoire linéaire. Le fait de vous en tenir à une stratégie de placement mûrement réfléchi peut vous aider à profiter des occasions sur les marchés, même durant les replis. C’est une approche qui peut vous permettre d’atteindre vos objectifs de placement plus rapidement, moyennant des rendements rajustés en fonction du risque plus élevés ainsi que de meilleures perspectives de vivre une expérience d’investissement harmonieuse.

© GLC, 2017. Vous ne pouvez ni reproduire, ni distribuer, ni utiliser autrement toute partie du présent article sans l’autorisation écrite préalable de GLC Groupe de gestion d’actifs Ltée.

Ces commentaires sont l’expression de l’opinion de GLC à la date de leur publication et sont susceptibles d’être modifiés sans préavis. De plus, rien ne garantit que les tendances décrites dans ce document se maintiendront ou que les prévisions se réaliseront, parce que les conditions de l’économie et des marchés changent fréquemment. Ce document représente une source d’information d’ordre général et n’a pas pour but d’inciter le lecteur à acheter ou à vendre des placements spécifiques, ni de fournir des conseils juridiques ou fiscaux. Avant de prendre une décision de placement, les investisseurs potentiels devraient passer en revue avec soin tous les documents de placement pertinents et demander l’avis de leur conseiller.