Le marché en revue, numéro d’avril : Les gestionnaires actifs peuvent tirer profit de la volatilité des marchés

Voici une image animée d’une montagne russe.

Alors que les conditions actuelles sonnent le retour de la volatilité sur les marchés, les gestionnaires de portefeuille actifs ont l’occasion de souscrire de bons titres moyennant des évaluations attrayantes.

Pour consulter le rapport complet sur les perspectives, avec la  totalité de ses sections, tableaux et diagrammes, veuillez ouvrir les fichiers PDF paraissant à la fin de cet article.

Volatilité persistante et printemps riche en événements pour les investisseurs

La volatilité a persisté tout au long du mois d’avril. Une saine croissance des bénéfices des sociétés et des niveaux d’inflation qui, bien qu’à la hausse, progressent graduellement ont fait contrepoids au risque d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine ainsi qu’à l’escalade des tensions géopolitiques au sujet de la Syrie. Tout compte fait, les investisseurs ont dû prendre acte d’une quantité importante d’événements.

Réaction des actions canadiennes à la hausse des cours pétroliers

La hausse des cours pétroliers a changé la donne pour l’indice composé S&P/TSX, alors que les titres du secteur de l’énergie ont finalement rejoint le peloton de meneurs et produit un rendement solide avoisinant les sept pour cent pour le mois. Ce faisant, l’écart entre le rendement du marché canadien et celui des marchés du monde s’est rétréci à ce jour pour l’année, même si le marché canadien demeure à la traîne pour l’instant.

Les cours pétroliers ont augmenté et entraîné les prix à la pompe vers le haut. Les manchettes annonçant une expansion soutenue de l’économie mondiale, les rumeurs voulant que l’OPEP et ses partenaires soient à l’aise avec leurs limites de production, les interruptions de production au Venezuela et la plus grande incertitude entourant l’accord sur le nucléaire iranien ont contribué à la montée des cours du pétrole.

Nouveau rebond des sociétés technologiques

Le secteur canadien des technologies de l’information a gagné du terrain et rejoint son équivalent américain. La publication de résultats positifs au chapitre des bénéfices par certains joueurs liés aux technologies a contribué à l’élan du secteur des technologies de l’information et des sociétés technologiques en général. Amazon a atteint un nouveau sommet après avoir déclaré sa plus forte croissance des revenus depuis plus de six ans tout en franchissant le cap du milliard de dollars en profits pour un deuxième trimestre d’affilée. Facebook a continué d’accueillir de nouveaux utilisateurs (dont peut-être quelques représentants du Congrès américain) et annoncé des profits records. Les publicitaires semblent y faire peu de cas des récentes controverses au sujet de la mauvaise gestion des données des utilisateurs. Microsoft et Alphabet ont également surpassé les prévisions de bénéfices, mais le titre d’Alphabet a été liquidé en raison de préoccupations au sujet d’une hausse des dépenses d’investissement. Les sociétés à très grande capitalisation comme celles-ci sont d’importants catalyseurs de croissance des bénéfices aux États-Unis, aussi les investisseurs trouvent-ils rassurant de voir ce groupe demeurer sur la voie des résultats positifs.

Nouvelle hausse des taux d’intérêt (et des attentes quant à l’inflation)

Les marchés des titres à revenu fixe du monde entier ont subi la pression de la hausse (ou des attentes de hausse) des taux d’intérêt, ainsi qu’une certaine mesure de pressions inflationnistes. Les rendements des obligations du gouvernement du Canada ont progressé pendant le plus clair du mois, à l’instar des bons du Trésor américain. Dans le marché canadien des titres à revenu fixe, un mouvement au profit du risque a pu être observé, ce qui a entraîné un rétrécissement de quelques points de base des écarts des obligations de sociétés. Ainsi, les obligations de sociétés ont mieux fait que leurs équivalents d’État pour le mois.

Un important outil d’atténuation du risque et de préservation du capital

Selon votre niveau personnel de tolérance au risque, l’exposition aux titres à revenu fixe ne doit pas être abandonnée. En effet, une combinaison bien diversifiée d’obligations de premier ordre de la catégorie investissement devrait former la base de votre portefeuille de titres à revenu fixe, lequel sera récompensé dans un contexte d’aversion au risque où les investisseurs tournent le dos aux actions. Quoique la hausse des taux constitue un vent contraire pour les placements à revenu fixe, les obligations de premier ordre demeurent un outil précieux d’atténuation du risque et de préservation du capital.

"Le revenu provient du capital et le capital provient du revenu." Propos librement cités attribués à l’économiste français Léon Walras.

Occasion de mettre en lumière les avantages de la gestion active

À notre avis, les conditions actuelles du marché vont continuer de ramener la volatilité au premier plan. Une telle situation permet aux gestionnaires actifs de démontrer la valeur qu’ils offrent. La hausse de la volatilité, qui caractérise les placements en fin de cycle, peut accroître les avantages inhérents aux stratégies de gestion active de portefeuille tout en posant des défis particuliers aux stratégies de gestion passive. Les gestionnaires actifs peuvent tirer parti de la volatilité pour souscrire de bons titres moyennant des évaluations attrayantes et procéder à une prise de profits à mesure que les cours augmentent (générant ainsi de l’alpha ou un rendement excédentaire en langage financier); par leur conception, les stratégies de gestion passive n’offrent pas cet avantage.

Toute stratégie de placement passive se fonde sur le principe qu’il n’y aura pas de sélection méthodique des titres, ni de préférence pour une entreprise, une industrie, un secteur ou une région en particulier. Dans les marchés baissiers, les placements passifs n’offrent pas de marge de manoeuvre, de solutions provisoires ou de possibilités d’intervention pour atténuer les effets négatifs d’une correction. Dans les marchés latéraux, les FNB (fonds négociés en bourse) passifs et les fonds indiciels ne permettent pas de sélectionner les « bons » placements plutôt que les « mauvais » placements.

La gestion active procure l’expertise, les points de vue à contre-courant et la capacité de faire preuve de patience ou de saisir les occasions grâce à un processus actif de prise de décision, qui se traduira par une valeur réelle sous forme de meilleurs rendements ou d’un parcours plus harmonieux. Il s’agit d’avantages non négligeables si l’on tient compte des conditions et des perspectives actuelles du marché.

© GLC, 2018. Vous ne pouvez ni reproduire, ni distribuer, ni utiliser autrement toute partie du présent article sans l’autorisation écrite préalable de GLC Groupe de gestion d’actifs Ltée.

Ces commentaires sont l’expression de l’opinion de GLC à la date de leur publication et sont susceptibles d’être modifiés sans préavis. De plus, rien ne garantit que les tendances décrites dans ce document se maintiendront ou que les prévisions se réaliseront, parce que les conditions de l’économie et des marchés changent fréquemment. Ce document représente une source d’information d’ordre général et n’a pas pour but d’inciter le lecteur à acheter ou à vendre des placements spécifiques, ni de fournir des conseils juridiques ou fiscaux. Avant de prendre une décision de placement, les investisseurs potentiels devraient passer en revue avec soin tous les documents de placement pertinents et demander l’avis de leur conseiller.