Pas de changement de cap en cette période estivale de 2017

Pas de changement de cap en cette période estivale de 2017

Durant les jours paisibles de l’été, la plupart des tendances observées sur les marchés en juin se sont simplement maintenues, et la volatilité est restée faible. Même les marchés boursiers prennent les choses en douceur cet été.

Les niveaux de volatilité parmi les plus bas jamais atteints par l’indice S&P 500 (selon l’indice VIX) commencent à attirer l’attention. Certains voient de la complaisance dans la faiblesse de l’indice VIX qui laisserait présager un recul du marché. Cependant, à l’heure actuelle, il est difficile de dire ce qui est derrière ces faibles fluctuations de marché.

Des données économiques favorables dans l’ensemble et des bénéfices solides ont soutenu la montée des titres européens et américains. Les titres des marchés émergents ont encore une fois surpassé ceux des marchés développés grâce à la faiblesse du dollar américain et à la hausse du cours des marchandises.  

Quant au marché canadien, il avait très peu fluctué à la fin du mois et il demeure très loin derrière les marchés internationaux en 2017.

Confiance dans les données fondamentales

Presque à tous les mois au cours de la dernière année, le président Donald Trump et la politique américaine ont fait les manchettes. Toutefois, les effets de la politique sur les marchés financiers se sont beaucoup moins fait sentir récemment.

En dépit des personnages hauts en couleur et des grands remaniements au sein du cabinet de l’administration Trump, les analystes des marchés ont choisi de se comporter comme BNN plutôt que TMZ et de s’appuyer sur les paramètres fondamentaux de titres fiables (comme les bénéfices des sociétés et les résultats de ventes) pour réaffirmer leur confiance dans les marchés financiers. Par conséquent, les gains réalisés par l’indice S&P 500 sont largement attribuables aux importants bénéfices des sociétés et à des résultats de ventes robustes.

La où la politique et les décideurs ont joué un rôle déterminant, ce sont dans les mouvements de change. Les républicains ont échoué une fois de plus à réformer le système de santé américain, ce qui a semé le doute sur leur programme en faveur de la croissance et exercé une pression à la baisse sur le dollar américain.

En plus de l'incertitude politique aux États-Unis, deux autres facteurs ont été favorables au dollar canadien. L'un de ces facteurs est le changement dans la politique monétaire de la Banque du Canada, qui a relevé ses taux en juillet et annoncé que d'autres hausses étaient à venir. Les résultats économiques solides du pays, qui indiquent que le PIB canadien est en voie de se retrouver à la tête du G7 en 2017, constituent l'autre facteur.

Revirement de situation

Une fois de plus, le marché boursier canadien est demeuré en queue de peloton, ses résultats mensuels et annuels cumulatifs demeurant juste en dessous du point d'équilibre. Bien qu’auparavant le blâme était jeté sur les secteurs des ressources, cela n’a pas été le cas en juillet, mois au cours duquel le marché canadien a connu une rotation sectorielle.

Les secteurs de l’industrie et de la consommation ont accusé un important recul, tandis que le secteur des matériaux a gagné du terrain. Le secteur de l’énergie est celui qui a été le plus performant. Cela constitue un revirement marqué par rapport aux fortes baisses enregistrées durant le premier semestre de l'année.

Du côté négatif du bilan, les compagnies ferroviaires canadiennes ont faibli en juillet. Certes, la Compagnie de chemin de fer Canadien Pacifique et la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada ont toutes deux déclaré des bénéfices convenables en juillet, mais les prévisions de la direction quant aux bénéfices futurs n’ont pas été à la hauteur des attentes des analystes. Cela a fait chuter le cours des deux titres d’environ 6 %.

Par ailleurs, les secteurs de la consommation ont aussi nui aux résultats du marché canadien. Le secteur des biens de consommation de base et celui de la consommation discrétionnaire n’ont pas été dominés par un thème précis en juillet. Ce sont plutôt plusieurs titres en particulier qui ont fait les manchettes, comme celui de Loblaws, à cause des préoccupations de la société quant à la réduction de ses profits suivant l’annonce de la hausse du salaire minimum en Ontario.

Du côté positif du bilan, les titres énergétiques ont profité de la remontée des cours du pétrole, qui ont terminé le mois de juillet légèrement au-dessus de la barre des 50 $ US, une hausse marquée par rapport à juin, mais qui demeurent en deçà du prix de fin d’année 2016 de 53,72 $ US.

L'amélioration des paramètres fondamentaux de l'approvisionnement en pétrole, comme la baisse des stocks et l'adoption de quotas de production, a relâché la pression sur les prix. Un dollar américain plus faible a également contribué de manière appréciable à l’augmentation du prix du baril.

En ce qui concerne le secteur des matériaux, le cours du cuivre a fait un bon de 7 % en juillet, ce qui a stimulé les résultats. La valeur du cuivre a aussi été favorisée par la faiblesse du dollar américain et l’éventuelle croissance de la demande provenant de la Chine.

Mois difficile pour les obligations canadiennes

On a observé une augmentation globale du rendement des obligations au Canada; les obligations de dix ans du gouvernement du Canada ont atteint la marque du 2 % pour la première fois depuis novembre 2014.

Le resserrement de la politique monétaire, les fortes données économiques au Canada et la remontée des cours du pétrole sont autant de facteurs ayant contribué à la progression des rendements. Cependant, à mesure que les rendements ont augmenté, le cours des obligations a chuté. Les obligations à long terme, qui sont les plus sensibles aux taux d'intérêt, sont celles qui ont perdu le plus de terrain.

Les produits de crédit, comme les obligations émises par les sociétés et les provinces, sont essentiellement les seuls qui ont apporté un soulagement au marché obligataire canadien. Les écarts de taux ont rétréci et le rendement relativement élevé (comparativement aux obligations du gouvernement du Canada) a compensé certains vents contraires auxquels faisaient face les produits à revenu fixe dans un contexte de relèvement des taux.

Le fait de souligner que le secteur obligataire a obtenu les meilleurs rendements n’est qu’une maigre consolation pour un mois négatif. Il n’est jamais intéressant de perdre de l’argent, quoique d’en perdre moins est habituellement mieux.

Bien que les titres soient actuellement peu volatils, il est peu probable qu’il en demeure ainsi indéfiniment. Lorsque la situation changera, nous verrons de nouveau l'effet stabilisateur des obligations au sein d'un portefeuille diversifié.

Tableau 1: Sommaire des résultats des principaux marchés

Rendements des marchés*
Juillet
Cumul
Indice composé S&P/TSX -0,3 %
-0,9 %
Indice S&P 500 1,9 %
10,3 %
- en dollars canadiens -2,0 % 2,4 %
Indice MSCI EAEO 0,6 % 6,4 %
- en dollars canadiens -1,1 % 6,8 %
Indice MSCI Marchés émergents 4,4 % 18,7 %
Indice obligataire universel FTSE TMX Canada** -1,9 % 0,4 %
Indice obligataire toutes les sociétés FTSE TMX Canada** -1,4 % 1,4 %

 * Monnaie locale (sauf indication contraire); cours seulement
 ** Rendement total, obligations canadiennes

Tableau 2: Devises et marchandises
($ US, variation en %)

  Niveau
Juillet
Cumul
$ CA 0,801 $ 3,8 % 7,2 %
Pétrole (West Texas)* 50,17 $ 9,0 % -6,6 %
Or* 1 268 $ 2,0 % 9,6 %
Indice CRB Reuters-Jefferies* 182,64 $ 4,5 % -5,1 %

Tableau 3: Résultats sectoriels du marché canadien

Résultats sectoriels de l’indice composé S&P/TSX*
Juillet
Cumul
Indice composé S&P/TSX -0,3 %
-0,9 %
Énergie 2,0 % -13,0 %
Matériaux 1,7 % 0,4 %
Industrie -4,0 % 6,4 %
Consommation discrétionnaire -2,8 % 7,9 %
Biens de consommation de base -3,2 % 0,4 %
Santé -5,2 % -3,9 %
Finance -0,1 % 0,6 %
Technologies de l’information -1,1 % 7,8 %
Télécommunications 1,5 % 6,9 %
Services aux collectivités -2,1 % 5,5 %
Immobilier -2,4 % 0,9 %

* Cours seulement
Source : Bloomberg, MSCI Barra, Financière Banque Nationale, FTSE TMX Global Debt Capital Markets Inc.

© GLC, 2017. Vous ne pouvez ni reproduire, ni distribuer, ni utiliser autrement toute partie du présent article sans l’autorisation écrite préalable de GLC Groupe de gestion d’actifs Ltée.

Ces commentaires sont l’expression de l’opinion de GLC à la date de leur publication et sont susceptibles d’être modifiés sans préavis. De plus, rien ne garantit que les tendances décrites dans ce document se maintiendront ou que les prévisions se réaliseront, parce que les conditions de l’économie et des marchés changent fréquemment. Ce document représente une source d’information d’ordre général et n’a pas pour but d’inciter le lecteur à acheter ou à vendre des placements spécifiques, ni de fournir des conseils juridiques ou fiscaux. Avant de prendre une décision de placement, les investisseurs potentiels devraient passer en revue avec soin tous les documents de placement pertinents et demander l’avis de leur conseiller.

Télécharger